Horticulture | La Prairie

HORTICULTURE


Les bienfaits de l'horticulture

Le jardinage ornemental est une excellente façon d’embellir une propriété. Mais, saviez-vous que cette activité procure aussi des bénéfices pour l’environnement, la santé publique, la vie collective et sociale, et même l’économie?

En effet, pratiquer l’horticulture apporte de nombreux bienfaits, notamment sur l’environnement. En plantant et en entretenant arbres, fleurs et autres végétaux, vous contribuez à : réduire la pollution atmosphérique dont le CO2, augmenter la production d’oxygène, préserver et filtrer les cours d’eau, protéger les berges de l’érosion, etc.

En matière de santé publique, le jardinage est également une merveilleuse activité pour réduire le stress. De plus, en pratiquant l’agriculture urbaine, cela vous permet d’obtenir, souvent à moindre coût, des légumes ou des fruits sans pesticide!

Parallèlement, il ne vous aura sans doute pas échappé qu’une telle activité, dont les résultats sont si agréables à l’œil, permet aussi de faire augmenter la valeur de votre propriété. Votre maison ainsi décorée de verdures, quelle qu’elle soit, contribue à améliorer la situation économique de votre collectivité, et même, d’aider le développement touristique dans notre localité! On n'a qu’à penser au programme des Fleurons du Québec, dont La Prairie est en quête d’un cinquième et ultime fleuron, qui attire bon nombre de visiteurs dans les municipalités participantes.

Finalement, le jardinage possède aussi l’attrait positif d’encourager les échanges entre ceux et celles qui le pratiquent et d’ainsi stimuler le dynamisme de la communauté.

 

Dépliants

Pour en savoir plus sur les avantages de l’horticulture, nous vous invitons à consulter le dépliant Horticulture ornementale - Les bienfaits pour votre municipalité de la Fédération interdisciplinaire de l’horticulture ornementale du Québec.

Vous désirez planter des arbres sur votre propriété ? Vous voulez faire élaguer, traiter ou entretenir ceux que vous avez déjà ? Ou encore, vous auriez besoin de conseils concernant un possible problème d’insectes présents dans votre aménagement arboricole ? Pour plus d’information sur ces différents sujets et sur l’arboriculture en général, voici plusieurs dépliants de la Société internationale d’arboriculture Québec inc. (SIAQ) :

L’achat d’un arbre de qualité
Vous projetez acheter un ou des arbres prochainement ? Apprenez à reconnaître un arbre de bonne qualité.

Pourquoi engager un arboriculteur?
Qu’il s’agisse d’entretien, de travaux d’urgence en élagage ou de plantation, il y a plusieurs raisons de faire affaire avec un arboriculteur. Voyez les multiples avantages d’employer les services de ces spécialistes des arbres.

Reconnaître les arbres dangereux
Détecter les arbres dangereux et les risques qu’ils présentent peut réduire grandement l’éventualité de blessures et de dommages. Pour vous aider, voici quelques conseils pour les repérer.

Les arbres et la pelouse
Lorsque vient le moment de planifier son aménagement paysager, la pelouse et les arbres arrivent souvent en tête de liste. Mais, pour un mariage réussi entre les deux, il est important de respecter certaines règles de base.

Bienfaits des arbres
Arbres et arbustes sont souvent plantés à des fins esthétiques. Pourtant, ceux-ci ont plusieurs autres fonctions qui peuvent influencer votre choix d’achat. Découvrez les différents avantages des arbres afin de prendre une décision éclairée.

Conséquence de l’étêtage
Vous songez à faire élaguer vos arbres et vous êtes tenté de choisir l’étêtage comme technique ? Mieux vaudrait y repenser à deux fois. Apprenez pourquoi cette procédure est dommageable pour les arbres et quelles autres méthodes vous devriez privilégier.

Élagage des arbres matures
L’entretien adéquat d’un arbre passe souvent par son élagage. Cependant, n’élague pas qui veut et n’importe comment. Voici quelques conseils et directives qui vous aideront dans la planification et la réalisation de cette tâche.

L’entretien des arbres matures
Considérant la valeur autant monétaire qu’environnementale des arbres, il va de soi de leur apporter une attention particulière. Pour leur assurer une belle longévité, apprenez-en plus sur les quatre aspects fondamentaux d’un entretien efficace, soit l’inspection, le paillis, la fertilisation et l’élagage.

Insectes et maladies
Représentant de graves menaces pour la santé des arbres, les insectes et maladies sont cependant un volet que tout propriétaire d’aménagements arboricoles doit apprendre à gérer. Reconnaissez rapidement les symptômes de dépérissement afin de traiter adéquatement vos arbres grâce à ce dépliant.

Plantation des arbres
Bien que mettre en terre un arbre soit facile en soi, cette tâche nécessite certaines précautions afin de réussir sa transplantation.

Sélection d’un arbre
Si vous vous questionnez à savoir quelle espèce d'arbre vous devriez planter sur votre terrain, ce dépliant vous fournira des renseignements fort utiles.

Arbres et services publics
Lignes électriques, conduites d’égout, câbles de téléphone font partie des quelques éléments du mobilier public à considérer lors de l’achat et de la plantation d’un arbre sur son terrain. Pour vous faciliter la tâche, consultez les différents conseils répertoriés dans le dépliant ci-joint.

Soins des végétaux
Si vous possédez un aménagement paysager requérant un entretien fait par un professionnel, le Programme de soins des végétaux vous intéressera à coup sûr. Apprenez-en davantage sur ce tout récent modèle d'entretien végétal.

La taille des jeunes arbres
L’art de tailler peut faire toute la différence dans le développement, les soins à prodiguer et la longévité d’un jeune arbre. Voici quelques notions importantes à mémoriser en matière de taillage.

La valeur des arbres
Outil fort pratique pour planifier, évaluer et réduire de potentielles pertes financières liées à votre aménagement paysager, ce dépliant vous aidera à établir le plus fidèlement possible la valeur de vos arbres.

 

Les espèces envahissantes

Dans un souci de préserver la biodiversité, la Fédération interdisciplinaire de l’horticulture ornementale du Québec (FIHOQ) a développé un programme écoresponsable, intitulé Je te remplace, visant à contrer l’expansion des plantes envahissantes.

Partageant cette sollicitude envers la nature, la Ville de La Prairie a décidé de faire la promotion de ce programme, qui propose notamment des plantes de remplacement à privilégier, les bonnes pratiques à appliquer, les précautions à prendre face aux plantes envahissantes et divers autres outils.

 

L'arbre, ses racines et les infrastructures

Plusieurs rumeurs ou mythes perdurent encore quant aux racines des arbres. On leur prêterait bien des maux et des dommages causés aux infrastructures municipales et aux maisons. Mais, qu’en est-il vraiment ?

Racines et tuyaux d’égout

Maintes fois pointées du doigt, on accuse souvent les racines d’arbres de la perforation de conduites d’égout due, entre autres, à leur attirance incessante envers celles-ci.

Les faits : Il est possible que pour diverses raisons des conduites d’égout soient fissurées, non étanches ou désalignées, ce qui occasionne des fuites de gaz vers la surface, représentant un attrait nutritif pour les racines. Celles-ci se dirigent donc vers les fuites et peuvent tenter de s’infiltrer dans les ouvertures. La solution, dans ce cas-ci, passe par le remplacement des sections défectueuses du réseau d’égout.

Racines et trottoirs

On prête parfois aux racines d’arbres une force quasi herculéenne, leur permettant même de soulever des trottoirs. Cet exploit serait dû à leur croissance se déroulant sous cette infrastructure de béton.

Les faits : Les trottoirs, tout comme les routes, subissent les contrecoups du climat, du gel et du dégel ainsi que des vibrations de la machinerie lourde. De plus, il arrive parfois que la composition des trottoirs soit de mauvaise qualité. Partant du même principe que les conduites d’égout, les racines ne brisent donc pas nécessairement l’infrastructure, mais viennent plutôt occupées un espace déjà fissuré par l’une des raisons mentionnées ci-dessus. Les racines s’y logeant, alors qu’elles sont encore molles, se solidifient par la suite ce qui, au bout du compte, finit par contribuer à la dégradation des trottoirs.

Pour contrer ou éviter ce problème, l’aide d’experts de votre ville peut être réquisitionnée. Porter une attention particulière à ne pas endommager les trottoirs par l’utilisation de machinerie lourde, veiller à ce que le trottoir soit construit sur une base solide et stable, ou encore contourner la racine lors de travaux de réparation sont quelques-unes des options possibles.

Racines et affaissement d’immeubles

Un autre mythe qui a la vie dure concerne cette soif d’eau insatiable qu’auraient les racines. Celle-ci les amènerait à se désaltérer à même l’eau située près des semelles de fondation d’immeuble, provoquant parfois des lézardes.

Les faits : Les racines ne possèdent pas de détecteurs d’eau. La trajectoire de leur expansion est entièrement opportuniste : elles vont là où elles sont le plus susceptibles de mieux se développer. Croissant davantage à la surface qu’en profondeur, les racines peuvent parfois prendre de l’expansion sur une distance dépassant d’une à deux fois leur propre hauteur. En ce qui a trait à l’apparition de lézardes sur une propriété, elles seront plutôt le fruit du climat, de problèmes de stabilité de sol, par exemple des terrains sablonneux ou argileux, de changements thermiques tels qu’un sous-sol chauffé, mais non isolé, de murs non ombragés, etc.

Si votre maison n’a subi aucun dommage, du moins pour le moment, une action préventive à appliquer serait de créer de l’ombrage en transplantant des plantes grimpantes ou un arbre dans un périmètre sécuritaire de votre chez-soi. En cas de sécheresse confirmée, irriguez les semelles de fondation et le terrain autour de la maison, selon les règlements municipaux en vigueur, peut aussi aider. Si des crevasses sont présentes, il est préférable de les colmater et de les cimenter au printemps. Faire poser des pieux sous le bâtiment par une entreprise spécialisée peut être également une solution.

Racines et fondations

Croisement entre les différentes allégations ci-dessus, une autre idée préconçue et très répandue voudrait que les racines puissent défoncer un solage ou une fondation.

Les faits : Le développement des racines s’effectue en deux phases. En premier lieu, elles se déploient, mais ont une constitution ressemblant à de la gelée. Puis, elles se solidifient en bois. À cause de ce mode de croissance et de leur constitution, les racines ne sont pas en mesure d’exercer une pression sur un objet, tel un mur, et vont plutôt le contourner.

Compte tenu de ces faits scientifiques, il n’y a pas lieu de couper le ou les arbres à proximité. Si l’on cherche absolument à poser un geste, la transplantation de l’arbre ailleurs sur le terrain pourrait être une option, quoique non nécessaire.

Racines et la pelouse

Parmi les différentes affirmations erronées nourrissant la mauvaise réputation des racines, persiste encore l’énoncé comme quoi les racines sont une menace pour la pelouse.

Les faits : Il y a bel et bien une relation tendue entre pelouse et arbres. Pourtant, c’est davantage les racines de gazon qui compétitionnent avec les arbres. De plus, bien que les racines se développent davantage à la surface, ce n’est pas tant leur présence que celle de l’ombrage dense de l’arbre qui nuit à la croissance de la pelouse à proximité du tronc. Finalement, les soins prodigués au gazon peuvent parfois endommager les racines d’arbres. Par exemple, les couteaux de tondeuses peuvent les blesser lors de passages trop près.

En somme, pour assurer une bonne entente en aménagement paysager, mieux vaut miser sur l’installation de plantes couvre-sol, de vivaces ou d’une plate-bande aménagée ou fleurie autour de l’arbre. Si vous tenez à semer à nouveau du gazon, rajoutez de la terre au-dessus des racines. Mais, peu importe la solution choisie, veillez à préserver l’intégrité des racines.

 

Les bandes riveraines

On n’imagine pas jusqu’à quel point une bande riveraine végétale bien entretenue peut prodiguer de nombreux bienfaits. Contrer et contrôler l’érosion, filtrer la pollution de l’air et de l’eau, ainsi qu’offrir un habitat pour la faune et la flore ne sont que quelques-uns des avantages d’une longue liste de bénéfices.

Si votre terrain est cerné par une bande riveraine et que vous souhaitez redonner un coup de jeunesse à celle-ci ou simplement connaître les bonnes pratiques pour l’entretenir, n’hésitez pas à consulter l’ensemble de guides et d’outils créés par la Fédération interdisciplinaire de l’horticulture ornementale du Québec (FIHOQ) en collaboration avec l’Association québécoise des producteurs en pépinières (AQPP).

Consultez les différents outils.

 

Entretien de sa pelouse

La vue de notre gazon vert, fourni et en santé est souvent source de fierté. Mais, parvenir à obtenir une pelouse bien entretenue ne rime pas toujours avec facilité.

Pour vous aider dans la gestion de votre gazon, voici les sept étapes essentielles à ne pas négliger selon le dépliant informatif de la Fédération interdisciplinaire de l'horticulture ornementale du Québec (FIHOQ) et de l’Association des producteurs de gazon du Québec: L’entretien d’une pelouse durable, les bonnes pratiques environnementales.

 

En résumé, les sept étapes :

  1. Le nettoyage printanier : râtelez le terrain au printemps lorsque le sol est sec et dégelé.

  2. L’aération du sol : en faisant de petites carottes dans le sol, cela permet d’améliorer l’irrigation du terrain, l’infiltration des nutriments, la décomposition des matières organiques, etc.

  3. Le terreautage : recouvrir le sol d’une mince couche de terreau aide à augmenter la densité de la pelouse, réparer les zones abîmées, améliorer la qualité du sol, etc.

  4. La fertilisation : étape à ne pas négliger, fertiliser adéquatement sa pelouse permet de donner à celle-ci les éléments nutritifs absents de notre sol.

  5. La tonte : en dehors de la nécessité esthétique, tondre le gazon contribue à assurer sa vigueur.

  6. L’herbicyclage : offrant une autre vocation aux résidus de tonte, cette pratique permet de nourrir le sol, réduire l’arrosage et la fertilisation ainsi que le volume de déchets.

  7. L’arrosage : règle générale, la pluie permet de combler les besoins d’arrosage du gazon, qui nécessitent environ 2,5 cm d’eau par semaine. Si la température chaude mène la vie dure à votre pelouse, il est possible de l’irriguer tôt le matin ou tard en soirée, selon les réglementations municipales en vigueur.