2015 : un budget responsable et réaliste

Chères concitoyennes,
Chers concitoyens,

L’exercice budgétaire pour l’année 2015 a été particulièrement difficile à réaliser étant donné que la Ville a été confrontée à des pertes de revenus importantes conjuguées à des hausses majeures au niveau des quotes-parts des organismes régionaux et suprarégionaux.

De plus, la décision du gouvernement du Québec de diminuer son soutien aux Municipalités dans le cadre du pacte fiscal transitoire est survenue en plein exercice budgétaire.

Cependant, le but ultime de notre Administration municipale était de maintenir un taux de taxation inférieur à la moyenne des Villes comparables et nous avons réussi à relever ce défi de taille.

Le budget de l’année 2015 s’élève à 33 364 500 $.


Contexte budgétaire

Le contexte budgétaire se complique d’année en année, et ce, pour les raisons suivantes :

  • les Municipalités ne peuvent pas faire de déficit contrairement aux paliers de gouvernements supérieurs;
  • le contexte économique demeure incertain d’où la prudence tant au niveau de l’évaluation des revenus que de l’estimation des dépenses;
  • le pacte fiscal transitoire occasionne pour La Prairie un manque à gagner récurrent de 324 000 $;
  • la perte récurrente des revenus de la TVQ imposée en 2014 est de 699 000 $ et s’applique également en 2015;
  • la hausse historique de 1 578 500 $ des quotes-parts en 2015;
  • l’incertitude vis-à-vis le processus de restrictions budgétaires du gouvernement provincial pour les années à venir;
  • le fait que les charges actuelles de la Ville soient déjà parmi les plus basses des Municipalités de 10 000 à 24 999 habitants.

 En excluant le budget d’opération, la Ville était confrontée à combler une somme de 2 601 500 $, soit 8,36 % de plus que le budget de 2014. De ce montant, il faut comprendre que 1 023 000 $ équivalent à une perte récurrente de revenus de la part du gouvernement du Québec.

L’autre montant est constitué d’une hausse des quotes-parts de 1 578 500 $. La refonte du réseau de transport en commun accapare à elle seule 77 % de l’augmentation des quotes-parts, soit 1 213 100 $.

Également, les quotes-parts de la Ville à la Régie intermunicipale de police Roussillon sont en hausse de 194 100 $, de même qu’à la Régie d’assainissement des eaux du bassin de Laprairie avec une augmentation de 91 200 $. D’importants investissements doivent être effectués pour rendre conforme l’usine d’épuration des eaux de la région aux normes prescrites.

Cet exercice budgétaire s’inscrit également dans un contexte où le conseil municipal désire maintenir la position de la Ville comme l’entité municipale offrant les charges les plus basses des Villes comparables au Québec.

Face à cette situation, la Ville a révisé en profondeur son budget. Le budget d’opération, incluant les salaires et avantages, sous l’entière responsabilité de la Ville, comprend une hausse de 1,57 %, soit en deçà de l’indice des prix à la consommation (IPC).

Par conséquent, la Ville a donc utilisé davantage de ses surplus pour compenser entièrement l’impact du pacte fiscal transitoire et, en partie, la hausse marquée des quotes-parts.

Compte de taxes
L’ensemble des considérations énumérées plus haut oblige le conseil municipal à modifier les taux des taxes foncières et certains tarifs. Ainsi, le taux lié au secteur résidentiel est de 63 cents du 100 $ pour la taxe foncière générale.

Au niveau des tarifs, la taxe d’eau subit une augmentation de 5 $ et s’établit à 190 $, tandis que les tarifs pour l’assainissement (96 $) et la collecte des ordures (170 $) ne sont pas modifiés. Le tarif pour l’environnement est en hausse de 2 $ passant à 17 $, la gestion des matières recyclables augmente de 4 $ pour s’établir à 57 $. Enfin, le tarif pour l’usage d’une piscine augmente de 5 $ et se chiffre à 40 $.

L’impact pour une résidence à La Prairie, d’une valeur moyenne de 337 739 $, se traduit par une hausse du compte de taxes de 4,9 %, soit 124,44 $ de plus pour une propriété similaire en 2014.

Pour les autres contribuables, les taux ont également été ajustés à la hausse. En termes d’équité, le conseil municipal s’est assuré que les nouveaux taux de taxation restent compétitifs avec les autres municipalités comparables.

Un taux de taxation inférieur aux municipalités comparables
Malgré la hausse du compte de taxes, nous estimons que les citoyennes et citoyens de La Prairie bénéficient, en 2015, d’un taux de taxes foncières inférieur aux villes environnantes. Le conseil municipal juge qu’il a contribué aux apports d’austérité des organisations publiques en comprimant son propre budget d’opération en deçà de l’IPC et en utilisant davantage de surplus afin de compenser les compressions du gouvernement et de couvrir en partie l’augmentation des quotes-parts.

L’ensemble de ces conditions pousse l’Administration municipale à être plus créative dans la façon d’offrir ses services à la population ce qui, dans bien des cas, lui permet de faire mieux ou plus à un coût moindre ou équivalent tant pour ses ressources humaines, matérielles que financières.

Depuis plusieurs années, votre conseil municipal demande et appuie les revendications de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) afin que le gouvernement dégage de nouvelles sources de revenus pour les Villes pour qu’elles soient moins dépendantes de l’impôt foncier.

Le monde municipal devra davantage se soutenir si nous voulons atteindre nos objectifs avec le prochain pacte fiscal. Nous travaillerons en ce sens.

Pour en savoir plus sur le budget, téléchargez le document Budget 2015