rapport financier 2017 exceptionnel

Le rapport financier 2017 de la Ville de La Prairie affiche un excédent exceptionnel


2018-06-08


Lors de la séance ordinaire du conseil municipal du 4 juin, la Ville de La Prairie a déposé son rapport financier 2017. Les résultats de l’année se terminent avec un excédent non consolidé de 6,8 M$ et un excédent consolidé de 6,7 M$. De façon générale, l’excédent non consolidé se compose de revenus supplémentaires de 6,1 M$ et d’une économie sur les charges de 693 000 $.

Le maire Donat Serres est fier du travail accompli. « Les résultats financiers déposés démontrent le dynamisme économique de notre ville. La gestion rigoureuse de nos coûts et les efforts déployés dans le développement économique nous ont permis d’avoir un excédent exceptionnel en 2017 », a-t-il déclaré.

Cet excédent exceptionnel provient principalement de la vente de terrains municipaux qui, à elle seule, représente près de 45 % de l’excédent généré en 2017, soit 3 M$ sur 6,8 M$.

Au chapitre des autres revenus supplémentaires, la vitalité du développement économique a permis de générer des taxes et des droits de mutation de plus de 2 M$. À cet effet, les efforts déployés lors des années passées afin de dynamiser le développement économique portent maintenant fruits. Quant aux autres revenus excédentaires de près 1 M$, ils sont constitués principalement de compensations tenant lieu de taxes, de permis, de frais de cour, d’intérêts et de subventions.

Économie de 693 000 $

Plusieurs éléments ont permis une économie de 693 000 $ dans les charges et la conciliation à des fins fiscales. Tout d’abord, un retour plus important que prévu des redevances de Recyc-Québec et une bonne performance sur les quantités de matières résiduelles générées qui ont été détournées du site d’enfouissement, ont permis à la Ville de réduire ses coûts. Ensuite, la Ville a profité d’un retour d’excédents en provenance de Transport adapté Rive-Sud Ouest (TARSO) ainsi que d’un autre montant à la suite de la dissolution du CIT Richelain.  Ces derniers excédents ont été remis à la Ville dans le cadre de l’instauration de la nouvelle gouvernance du transport en commun. Les montants ainsi récupérés représentent près de 91 % des économies.

En ce qui a trait à la dette non consolidée, son solde est de 50,8 M$. L’endettement total net à long terme se chiffre à 61,7 M$, en légère baisse de 0,5 M$ par rapport à l’exercice 2016. Ce résultat serait encore mieux n’eut été de la réforme de la gouvernance du transport collectif dans la région métropolitaine qui a entraîné un délestage de l’endettement à la charge du gouvernement provincial vers les municipalités. Ainsi, la responsabilité de l’endettement total net à long terme de l’ancienne Agence métropolitaine de transport (AMT), qui relevait du gouvernement du Québec, a été transférée aux municipalités. Pour la Ville de La Prairie, la quote-part est de 2,5 M$.

Finalement, au cours de cet exercice financier, 27,4 M$ ont été investis dans les immobilisations de la Ville. De ce montant, il est important de souligner que 16,8 M$ ont été capitalisés à titre d’infrastructures découlant du projet Symbiocité et financées par le promoteur.




Revenir à la liste des nouvelles