Vivre à La Prairie

À quelques minutes des grands centres urbains, La Prairie se distingue par ses nombreux attraits. Un réseau de pistes cyclables (dont une partie longe le fleuve Saint-Laurent), des parcs verdoyants, de nombreuses aires de jeux et un arrondissement historique font de cette ville un trésor à découvrir.

La Prairie, c’est aussi un milieu de vie accessible à tous les budgets et à tous les goûts. En effet, on y retrouve une variété de types d’habitation pouvant satisfaire à tous les besoins et répondre aux goûts de tous les résidants : des maisons unifamiliales regroupées dans différents projets domiciliaires, des résidences luxueuses, des condominiums, des édifices à logements multiples, etc.

Une ville de choix pour les familles

La Prairie est l’une des dix meilleures municipalités du Québec pour les jeunes familles selon le réseau Publimaison, un site dédié à l’immobilier. Cette reconnaissance est attribuable au dynamisme de la Ville et à sa politique familiale innovante.

Soulignons que Publimaison se base sur plusieurs critères pour établir son palmarès, dont la qualité de vie, le prix moyen des propriétés, les politiques familiales, les services offerts, etc.

Mise à jour - 2 décembre 2022

En octobre 2017, la Ville de La Prairie a signé un protocole d’entente avec le promoteur afin de permettre le développement du futur écoquartier TOD La Prairie-sur-le-Parc.

En mars 2022, la Ville a délivré un certificat d’autorisation d’aménagement du site au promoteur. Ce certificat respectait les dispositions qui avaient été convenues dans le protocole d’entente et autorisait les travaux suivants :

  • le nivellement du terrain pour combler six (6) bassins d’eau déjà aménagés pour l’ancien golf;
  • des coupes d’entretien (souches, racines, bois mort, éclaircissement) ainsi que l’abattage de 200 arbres (dont une majorité de frênes).

Les objectifs du promoteur étaient de combler les bassins et de s’assurer d’un drainage adéquat du site afin qu’il n’y ait pas de répercussions sur les maisons unifamiliales riveraines du site, comme l’exige le Code civil du Québec.

Le 20 septembre 2022, la Ville de La Prairie, ayant constaté que les travaux réalisés outrepassaient ce qui avait été autorisé dans le certificat d’autorisation, a transmis au promoteur un avis d’infraction demandant la cessation immédiate de tous les travaux.

Le 23 septembre 2022, devant le refus du promoteur de cesser les travaux, un nouveau constat d’infraction accompagné d’un avis l’informant de la révocation de son certificat d’autorisation lui a été signifié, par huissier. Depuis cette date, les travaux n’étaient plus autorisés sur le site.

Durant la tenue des travaux sans autorisation, la Ville a pris toutes les mesures à sa disposition afin de faire respecter la réglementation municipale en vigueur. Elle a procédé à des inspections quotidiennes et à la transmission de 42 constats d’infraction. La dernière journée des travaux a eu lieu le 21 novembre 2022.

Le promoteur a reçu toutes les approbations gouvernementales nécessaires qui encadrent les futurs travaux. De plus, la Ville est liée au protocole d’entente signé en 2017 et elle ne dispose d’aucun pouvoir discrétionnaire. Elle se doit donc de respecter ses engagements.

D’autres travaux sont à prévoir en 2023. La Ville est actuellement en discussion avec le promoteur et ne peut confirmer la teneur de ces travaux à ce stade-ci.

Toutefois, pour chaque étape à venir, des permis et des certificats d’autorisation devront être obtenus auprès de la Ville. Cette dernière s’assurera que les dispositions des permis et des certificats qu’elle délivrera seront soigneusement respectées.

Qu’est-ce qu’un quartier TOD?

Un quartier TOD (transit-oriented development, d’après l’urbaniste américain Peter Calthorpe), est un quartier dont l’aménagement se déploie le long des réseaux de transport en commun régionaux. Si le TOD n’exclut pas l’automobile, il est conçu pour faciliter l’usage des transports collectifs et actifs et remet le piéton au cœur de ses préoccupations.

Ce type de quartier vise à accroître la densification urbaine, c’est-à-dire à faire vivre davantage de population sur un même espace urbain. C’est pourquoi on y retrouve plutôt des immeubles multilogements contrairement aux quartiers traditionnels de maisons unifamiliales.

De plus, le quartier TOD implique une mixité d’usages, c’est-à-dire qu’il est un espace où se côtoient, par exemple, des résidences, des commerces et des services.

Ces quartiers ont l’avantage de limiter les coûts et les impacts écologiques tout en favorisant la création de liens sociaux.

En bref, un quartier TOD permet l’augmentation de la densité autour des points d’accès au transport en commun, privilégie l’utilisation du transport en commun et crée des milieux de vie.

À La Prairie, ce secteur se situe autour du stationnement incitatif. Tout nouveau développement devra y être aménagé de manière à respecter les principes TOD.

Territoire du futur projet délimité par des pointillés sur la carte de la Ville de La Prairie
Un aperçu de la zone délimitée TOD

Écoquartier TOD La Prairie-sur-le-Parc

En 2017, la Ville de La Prairie a signé un protocole d’entente avec le promoteur afin de permettre le développement du TOD La Prairie-sur-le-Parc. Le projet prévoit la création d’un réseau cyclable, d’un débarcadère, d’une place publique et d’un réseau vert structurant représentant 23,7 % de la superficie du plan d’ensemble, tel que présenté dans le plan affiché plus bas (annexe D du protocole).

Le protocole d’entente a été établi en respectant le Programme particulier d’urbanisme (PPU) de l’Écoquartier du TOD de La Prairie, entré en vigueur le 28 novembre 2016. Pour élaborer le PPU, la Ville a grandement sollicité la participation citoyenne par une démarche de consultation publique tenue en 2015 et 2016.

Vue aérienne du projet final.
Plan-image du projet final inclus dans le protocole d'entente

Le projet comptera environ 2 000 logements répartis sur une superficie brute de 63,2 hectares. À terme, le projet consolidera l’espace urbain compris entre le quartier de la Clairière et le terminus d’autobus. Les résidents des secteurs avoisinants, et plus largement de la ville, pourront accéder à un espace autrefois privé via un vaste réseau d’écomobilité. Ce dernier sera formé de 16,5 kilomètres de trottoirs et de pistes cyclables et multifonctionnelles, mais aussi de 5,6 km de rues et de voies dédiées aux automobiles.

Toutes les rues disposeront d’au moins un trottoir séparé de la voie publique par une bande paysagère afin de les rendre sécuritaires et attrayantes. L’espacement entre les arbres et le choix des essences devraient assurer une couverture ombragée des trottoirs d’au moins 25 % lorsque la plantation sera à maturité.

Questions et réponses sur les développements récents du projet

Comment se fait-il que des travaux ont eu lieu à l’automne 2022?

En mars 2022, la Ville a délivré un certificat d’autorisation d’aménagement du site au promoteur. Les dispositions du certificat respectaient ce qui avait été convenu dans le protocole d’entente.

Ce certificat autorisait des travaux de nivellement et de coupe d’arbres. Il excluait toute forme de construction qui ajouterait des quantités d’eaux usées supplémentaires dans le réseau sanitaire, conformément au Règlement de contrôle intérimaire (RCI) en vigueur.

Les travaux autorisés consistaient en :

  • le nivellement du terrain pour combler six (6) bassins d’eau déjà aménagés pour l’ancien golf;
  • des coupes d’entretien (souches, racines, bois mort, éclaircissement) ainsi que l’abattage de 203 arbres (dont une majorité de frênes).

Il est important de mentionner que les seuls arbres matures protégés en vertu du protocole d’entente signé en 2017 sont ceux du parc du Rhône et ceux situés autour du bassin central, qui lui sera cédé à la Ville éventuellement.

Qu’a fait la Ville une fois qu’elle a constaté que la quantité d’arbres coupés était supérieure à 203? 

Le 20 septembre 2022, la Ville de La Prairie a signifié au propriétaire du terrain de l’ancien golf un avis d’infraction demandant la cessation immédiate de tous les travaux autorisés dans le cadre du certificat d’autorisation délivré en mars 2022, et ce afin de faire approuver une modification des plans et documents présentés en soutien au certificat.

En effet, la réglementation municipale stipule qu’un requérant de certificat d’autorisation a le devoir d’exécuter ou de faire exécuter les travaux conformément au certificat d’autorisation émis. Lorsque les travaux exécutés ne correspondent pas (en tout ou en partie) aux plans approuvés au certificat, la Ville a le pouvoir de suspendre les travaux (ici la coupe d’arbres et le nivellement) tant que le dossier n’est pas régularisé.

Devant le refus du propriétaire de cesser les travaux illégaux de coupe d’arbres et de nivellement, un constat d’infraction accompagné d’un avis l’informant de la révocation de son certificat d’autorisation lui a été signifié par huissier le vendredi 23 septembre.

Par conséquent, depuis cette date, les travaux ne sont plus autorisés sur le site, et ce, jusqu’à ce que le propriétaire dépose une nouvelle demande de certificat d’autorisation en bonne et due forme et qu’elle soit autorisée par la Ville.

De son côté, le promoteur conteste la nullité du certificat. La Cour devra donc trancher.

À ce stade-ci, la Ville prend toutes les mesures mises à sa disposition afin de faire respecter la réglementation municipale en vigueur et nous continuons de faire des inspections quotidiennes pour suivre de près la situation.

Serait-il possible que le promoteur obtienne l’autorisation municipale d’abattre plus d’arbres qu’autorisé en mars 2022, malgré les constats d’infraction émis?

Dans l’éventualité où le promoteur soumettait une nouvelle demande d’autorisation, et que cette demande respectait ce qui est prévu dans le protocole d’entente, la Ville n’aurait d’autre choix que de l’autoriser, puisque l’administration ne dispose pas d’un pouvoir discrétionnaire. La Ville applique la réglementation, vérifie la conformité des demandes et délivre les permis lorsqu’une demande est conforme aux règlements.

Un nouveau quartier domiciliaire situé en pleine nature à La Prairie, dans le parc de conservation du marais.

Grâce à ce projet d’envergure, la population bénéficiera d’un ensemble résidentiel d’environ 1 400 unités, dans un concept intégré à l’environnement en créant un milieu de vie exceptionnel tout en offrant à l’ensemble de la population un parc de conservation et d’interprétation de la nature.

Les résidences et aires de récréation qui y prendront vie côtoient les milieux naturels.

Ce projet intégré sera développé dans un esprit de mixité d’habitations et d’écomobilité (pistes cyclables, voies piétonnières et transport collectif).

Ce projet est délimité par la ligne d’Hydro-Québec, le chemin de Saint-Jean, l’autoroute 30 et la frontière qui sépare les municipalités de La Prairie et de Saint-Philippe.

La Ville prévoit d’importantes retombées économiques liées à ce projet. Ainsi, ces nouvelles sources financières pourront soutenir le développement de nouvelles infrastructures municipales et le maintien d’actifs de la Ville, et ce, sans affecter la capacité de payer des citoyennes et citoyens de La Prairie.

Elle prévoit aussi offrir à ses citoyens et à ceux du Québec un espace vert de qualité qui contribue à la préservation et à la mise en valeur de la faune et de la flore. En effet, les travaux permettront de consacrer 50 % de la superficie uniquement au Parc de conservation du marais qui s’étend aujourd’hui sur 87,7 hectares.

Pour plus de renseignements, consultez le site Internet du projet Symbiocité La Prairie.

Voici les entrepreneurs en construction qui se partagent la réalisation des différents types d’habitation :

Déroulement des travaux

Les travaux d’aménagement du secteur (parcs de proximité, aménagement paysager, pistes polyvalentes, plantation, etc.) ont été terminés au cours de l’été 2016.

Les travaux de la phase 4 de la construction ont été entamés récemment. Le projet devrait être livré dans son ensemble à l’été 2019.

Taxes de bassin

En plus du compte de taxes général, s’ajoutent les taxes de bassin reliées au projet Symbiocité La Prairie. Pour en savoir davantage, consultez le dépliant d’information à ce sujet.